Gaspard Pitiot, outsider art est une personne atypique. Il oeuvre dans le chant lyrique de la renaissance mais aussi dans le dessin à tendance punk.

Gaspard-Pitiot-outsider-art

C’est chez Eric Demelis que j’ai rencontré Gaspard Pitiot, outsider art. Les deux travaillent souvent ensemble. C’est par le dessin que j’ai fait sa connaissance et quelques temps plus tard il m’a surpris.

Mais commençons par les débuts de Gaspard Pitiot, outsider art

Mais commençons par les débuts de Gaspard Pitiot, outsider art, quand il était petit garçon. Oui, on a maintenant tendance à l’oublier, mais il a été petit. Il y a longtemps, c’est vrai.

Il a eu une maman institutrice qui l’a incité, encouragé à pratiquer différentes formes d’art. Il se trouve aussi que plusieurs de ses camarades d’école on fait les beaux-arts ou les arts appliqués.

Jeune adolescent il a commencé à faire du dessin fantastique, des bandes dessinées.

Mais bon, il faut être sérieux à l’école et il a fait un bac « S » comme scientifique. Il a d’ailleurs poussé jusqu’à la maîtrise de mathématiques avec une spécialité en algèbre linéaire. Par pur esprit de contradiction, son parcours ne le sera pas, linéaire.

Gaspard Pitiot, outsider art a beaucoup lu avec une prédilection pour l’existentialisme. Mais aussi l’absurde (Ionesco). Voilà une piste intéressante.

Gaspard Pitiot, outsider art me dit qu’il a fait de la guitare mais définit cette activité comme sociale, culturelle. Il précise qu’il se reconnaît d’avantage dans le dessin.

Attardons-nous cependant sur la musique. Il y débute a cinq ans avec un professeur qui lui apprend à chanter des morceaux de pop hippie et de variété en s’accompagnant à la guitare sèche. Plus tard il l’aime éclectique. En commençant par du hard-rock quand il était adolescent. Ca convient assez bien à cet âge, pour sortir le trop plein d’énergie. A 17 ans il s’est mis au blues avec un ami qui lui prêtait une guitare basse, ce qui est nettement plus calme, puis au jazz. Il a ensuite entrepris l’étude de la contrebasse au conservatoire.

Mais sa mère aimait le chant lyrique et les opéras de Verdi. Ca laisse des traces et Gaspard Pitiot, outsider art a travaillé le chant lyrique avec une tessiture de contre ténor. C’est moins rugueux que le hard-rock. Chanter de la musique de la baroque accompagné d’un luth n’est pas sans charme. C’est donc ce qu’il fait à de nombreux vernissages.

Après avoir vu ses dessins, l’entendre chanter de la musique savante et dans une tessiture pas courante, était une surprise de taille. Il me dit cependant qu’il lui reste beaucoup de chemin à parcourir pour parfaire le chant lyrique.

Par contre, pour ce qui concerne la contrebasse, sa pratique est plus avancée et en juin 2015 il a participé à 16 concerts par exemple.

Pour aller au bout de l’éclectisme, Gaspard Pitiot, outsider art a été aide-berger dans le cadre du programme LIFE la réintroduction du loup dans le Trièves.

Gaspard-Pitiot-outsider-art-4-e1445133421539

Gaspard Pitiot, outsider art s’intéresse à la poésie. Il prévois de jouer de la contrebasse additionnée de poésie sonore avec Pauline Catherinot. Il écrit régulièrement en duo avec Céline Maltère. Pour lui, faire de la poésie a du sens. Ce qui est plutôt juste.

Gaspard Pitiot, outsider art et la pratique du dessin

Pendant deux ans il a vécu à Newark on Trent où il était inscrit dans une école d’art. Il a ensuite fait un an en Fine Arts à Nottingham. Les voyages formant la jeunesse, l’expérience était recommandée. De cette expérience il retient que les artistes ne doivent pas justifier leur oeuvre, mais laisser le public l’explorer comme il l’entend.

Gaspard Pitiot, outsider art aime et pratique assidûment le dessin collectif, principalement avec Eric Demelis et Margaux Salmi. C’est d’ailleurs avec eux que j’ai découvert que le dessin pouvait être collectif. Avec la pratique, il est assez difficile de distinguer qui a fait quelle partie. Le tout est cohérent, homogène.

Gaspard Pitiot pratique avec constance  les fanzines depuis de nombreuses années.

Gaspard Pitiot, outsider art est un adepte de l’écriture automatique pour ses dessins. Pourtant, la technique s’affine avec le temps. Nous sommes très loin de la musique baroque qui est éminemment travaillée et intellectuelle.

Je disais que ses dessins sont punk. Ils sont sauvages. Il y a quelque chose de la logique des rêves, irrationnelle pour l’entendement. Ses dessins sont chargés, denses, souvent douloureux.

Gaspard Pitiot, outsider art a exposé à Alter-art, c’était la pré-ouverture de la 6ème Biennale Hors Normes.

Vous avez trouvé quelques images avec cet article, mais rien ne vaut d’aller voir les oeuvres accrochée sur un mur et de se rendre compte des choses quand elles sont palpables.

Vous aimez le travail de Gaspard Pitiot ? Renseignez-vous également sur Didier Hamey !