Taper pour rechercher

video-img

5 idées pour ouvrir son e-commerce sans gros investissement

Alexia
Partager

Avec un chiffre d’affaires qui a dépassé les 90 milliards d’euros en France en 2018 par exemple, l’e-commerce est assurément en passe de devenir un secteur phare de l’économie mondiale. Par ailleurs, dans un contexte économique délicat, avec un marché de l’emploi qui peine à accueillir tous les demandeurs d’emploi, de plus en plus de personnes cherchent des moyens alternatifs pour s’offrir une situation financière stable. L’e-commerce fait alors partie des options plébiscitées, compte tenu de son caractère « digitalisé » et dans l’air du temps.

En considérant les éléments évoqués ci-dessus, on comprend bien vite que si de nombreuses personnes se tournent vers l’e-commerce, c’est dans le but d’augmenter leurs revenus, ce qui implique généralement qu’elles ne disposent pas d’énormes moyens à consacrer au démarrage de cette activité. Comment peuvent-elles donc s’y prendre ? Voici 5 façons de lancer votre e-commerce sans gros investissement.

1. Démarrer un e-commerce avec un petit budget grâce au dropshipping

Le principe clé sur lequel repose l’e-commerce est la possibilité pour des acheteurs de passer leurs commandes en ligne et de recevoir les produits chez eux ou dans un point de retrait se trouvant dans leur localité ou à proximité. Si vous envisagez d’ouvrir un e-commerce mais que vous n’avez pas un gros capital à investir, votre réflexion doit donc vous amener à trouver les moyens les plus efficaces et les moins coûteux de mettre en application le principe sus-évoqué. Et l’un de ces moyens est le dropshipping.

Le dropshipping est un système de vente en ligne sans stock, qui implique trois parties : vous, en tant qu’e-commerçant dropshipper, un ou des fournisseurs, et les clients. Sa mise en place impliquera que vous créiez une plateforme via laquelle les clients pourront consulter vos produits et faire des commandes. Chaque commande est ensuite transmise à votre fournisseur, qui se charge de livrer directement au domicile du client l’article qu’il a commandé via votre plateforme.

Pour devenir dropshipper, il vous faudra suivre une formation, car comme vous le découvrirez en lisant cet article sur le dropshipping par Business Dynamite, la mise en place d’un dropshipping efficace nécessite la maîtrise de certains outils digitaux. Puisque vous disposez d’un budget réduit pour ouvrir votre e-commerce, il importe que vous gériez celui-ci de manière juste. Une formation est alors assurément pertinente, puisqu’elle vous permet de ne pas investir dans le vide et d’optimiser votre rentabilité avec les moyens réduits dont vous disposez.

Le dropshipping est donc une technique d’e-commerce qui vous permet de démarrer avec un petit budget, étant donné que vous pourrez vendre des articles de toutes sortes sans avoir à subir le stress lié à une gestion de stock. Mais vous respecterez quand même le principe phare de la vente en ligne, et c’est ça le plus important !

2. Opter pour la production ou l’acquisition à la demande

Si le recours au dropshipping implique une automatisation du processus, les demandes étant directement transmises à vos fournisseurs, vous pouvez choisir une autre façon de vendre en ligne sans stock : la production ou l’acquisition à la demande. Ici, une fois que vos clients valident leur commande et procèdent au paiement, les demandes ne sont transmises à aucun fournisseur. Vous les traitez directement vous-même : soit vous produisez l’article demandé par le client, soit vous l’achetez auprès d’un fournisseur, puis vous le livrez au client.

Avec cette méthode, les frais d’achat versés par un client peuvent même vous servir à produire ou acquérir l’article commandé. Les seules charges à supporter au début étant donc celles de la mise en place du site, vous pouvez donc ouvrir votre e-commerce sans gros investissement. Cette technique trouve par exemple son application dans les métiers de l’impression, à travers le Print On Demand ou POD (impression à la demande), qui s’applique à des t-shirts, à des livres, à des faire-part, etc. Elle est applicable aussi aux produits frais (légumes, etc.), aux bijoux DIY, etc.

3. Démarrer avec une distribution exclusivement locale

L’une des principales charges auxquelles les e-commerçants sont confrontés est liée à la livraison. Lorsqu’en tant qu’e-commerçant, vous choisissez de proposer la livraison gratuite à vos clients, vous supportez tous les coûts de transport. En parallèle, le fait de facturer la livraison aux clients pourrait rebuter certains. Il y a donc là un petit dilemme auquel vous devrez faire face. Vous pouvez simplement le résoudre en commençant votre e-commerce par une distribution concentrée sur le plan local. Dans un tel contexte, pour les premiers pas de votre activité, vous pourriez éventuellement vous occuper vous-même des livraisons !

Lorsque vous disposez d’un petit budget pour ouvrir votre e-commerce, vous pouvez réaliser d’importantes économies en décidant pour vos débuts de desservir uniquement la localité ou la région dans laquelle vous habitez. Dans la même logique, pour minimiser les coûts, vous pourriez aussi livrer à jours fixes ; il vous suffit d’en informer à l’avance les clients durant le processus d’achat. En programmant vos livraisons sur des jours prédéfinis, vous pourrez alors effectuer des livraisons groupées, et les coûts de transport seront évidemment réduits.

4. Bien choisir sa solution e-commerce

Quand on parle d’e-commerce, l’un des socles du démarrage de l’activité est la solution e-commerce utilisée. Celle-ci vous permet de créer et de configurer la plateforme via laquelle vous proposerez vos articles. Si vous optez pour le dropshipping, des solutions telles que Shopify, Oberlo, WooCommerce via WordPress ou Prestashop vous proposent déjà des modèles préconçus à paramétrer et/ou des systèmes d’obtention des produits à revendre. Elles vous reviennent donc généralement à des coûts plutôt faibles pour les formules basiques.

La plupart de ces solutions restent adaptées même si vous ne faites pas du dropshipping. On peut citer en plus d’elles, Jimdo ou encore Oscommerce, dans les rangs des solutions e-commerce peu coûteuses. Dans tous les cas, n’hésitez pas à bien parcourir les offres de ces diverses solutions et à effectuer des comparatifs s avant de retenir la solution la moins coûteuse et la plus adaptée à vos besoins (notamment selon qu’une grande maîtrise technique soit nécessaire ou non).

5. Mener intelligemment les opérations promotionnelles

Comment faire connaître votre plateforme e-commerce ? Quelles actions de communication mettre en place pour bien vendre et rentabiliser votre investissement, aussi minime soit-il ? Ces questions sont générées par l’un des principaux postes de dépense relatifs à la création d’un e-commerce : le marketing. Puisque vous souhaitez ouvrir votre e-commerce sans gros investissement, il faudra faire des choix intelligents.

Du côté du marketing digital par exemple, accordez la priorité au référencement naturel : il ne coûte rien, et ses résultats sont durables (même si sa mise en place peut prendre du temps). Pour que votre site soit bien référencé dans les moteurs de recherche, il vous faudra publier sur votre site des contenus optimisés. Par ailleurs, tirez aussi profit du potentiel des réseaux sociaux. Créez une page pour votre site, demandez à vos amis d’aimer votre page et de partager vos contenus ; un effet boule de neige devrait se produire au fil du temps, et plus vous avez d’audience sur vos comptes de réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tik Tok, etc.), plus vous avez de potentiels clients à conquérir.

En outre, toujours pour réduire les coûts liés au lancement de votre e-commerce, vous pouvez aussi mettre en place des actions de marketing physique, notamment pour conquérir la clientèle locale. Imprimez de petites affiches à poser à des endroits stratégiques de la ville (dans le respect des prescriptions de la mairie en ce sens bien sûr), ainsi que de petits prospectus à distribuer à vos amis, qui les partageront dans leur entourage.

Alexia
Alexia

Bonjour à tous, je m'appelle Alexia, je suis en étudiante en prépa lettres sup et sciences sociales. J'aime écrire sur mes voyages, la santé, le bien-être, les restaurants que je teste, des bons plans pour faire des économies (oui je suis un peu radine). J'espère vous faire passer un moment agréable sur We Are Online !

  • 1

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *