Taper pour rechercher

video-img

Comment détecter l’apnée du sommeil ?

Nathan
Partager

Les signes de l’apnée du sommeil ne sont pas toujours faciles à identifier. Même les bons spécialistes de cette maladie ont besoin de tests pour avoir une bonne piste. Et la plupart du temps, les souffrants ont tardivement connaissance qu’ils font de l’apnée du sommeil. Des tests et applications de dépistage, des appareils pour diagnostiquer les symptômes de cette maladie existent alors pour y remédier à temps.

L’enregistrement des respirations du patient en sommeil

Le souffrant ne doit pas se rendre dans un centre de sommeil pour se faire examiner pendant qu’il dort. Toutefois, il faut 6 heures de son sommeil pour se prononcer s’il fait de l’apnée du sommeil ou non. Ces mouvements respiratoires sont étudiés minutieusement pour détecter les éventuels temps d’arrêt.

Le volume d’air qu’il arrive à inspirer et le taux sanguin d’oxygène sont pris en compte. Les positions de son corps et les sons de ses ronflements peuvent fournir les indices nécessaires pour obtenir un résultat concluant. Il s’agit de dépistage primaire de l’apnée du sommeil ou polygraphie ventilatoire nocturne.

L’examen du sommeil du patient

Si la polygraphie a donné des résultats négatifs, on doit creuser davantage pour avoir la qualité de sommeil du patient. Cet examen plus approfondi permet au médecin de savoir la gravité des apnées dont le patient souffre en fonction de sa durée et sa fréquence dans une nuitée.

Il doit donc se dérouler dans un laboratoire de sommeil toute une nuit.  Les mouvements de la poitrine et de l’abdomen, la circulation d’air dans les fosses nasales et la bouche et les activités du cerveau sont enregistrés. Le médecin saura pour de bon si le patient est atteint de cette maladie de sommeil ou pas.

L’état de gravité de l’apnée avec le Withings Sleep

Il s’agit d’un petit capteur qui se relie avec un smartphone via une application. Comment détecter l’apnée du sommeil avec cet appareil ? Il enregistre tous vos gestes pendant la nuit.  À partir des analyses de vos cycles de sommeil, vos sons de ronflement et vos troubles respiratoires nocturnes, il est à même de rendre un verdict sur la gravité de vos apnées (graves ou légères).

Cet appareil est inventé et testé par le Professeur Escourou de la Laboratoire du Sommeil de l’hôpital Paris-Béclère. Il aide les patients à prendre son courage en main pour se faire soigner à temps de cette maladie.

Le dépistage avec le test NoSAS

Ce test qui signifie « Non au Syndrome d’Apnee du Sommeil » est une autre option pour dépister cette maladie du sommeil. À travers des questions de sondage, il démontre si vous faites des excès de somnolence journalière et des ronflements alarmants. En d’autres termes, il identifie si vous courez le risque d’avoir la maladie.

C’est un test conçu à l’usage des non-spécialistes de maladie de sommeil. Ces derniers pourront conclure si vous deviez vous soumette à la polygraphie ventilatoire nocturne et la polysomnographie ou pas avec les résultats. Ainsi, pour souci d’économie, une personne susceptible de faire des apnées de sommeil peut passer par le test d’abord.

Nathan
Nathan

Rédacteur en chef et journaliste passionné, j'ai créé le magazine We Are Online en 2011. Depuis, plusieurs journalistes m'ont rejoint. Notre volonté : disrupter le monde de l'information en partageant des actualités positives et intéressantes.

  • 1

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *